“L’heure de rendre des contes” : du théâtre à l’Agopop

Découvrez samedi 29 et dimanche 30 août à 21h à l’Agopop une pièce de théâtre amateur par la Compagnie le Chant du Margay

Résumé de la pièce “L’heure de rendre des contes”

La guerre fait rage.

Afin de protéger sa femme, son fils et son royaume, le roi est parti en campagne. Laissant à la Reine le soin de diriger le royaume et d’élever leur enfant.

Cette habile dirigeante ne rencontre aucune difficulté à assurer la régence, mais sa relation avec son enfant est bien plus complexe en revanche. Bien qu’elle puisse compter sur l’indéfectible soutien de son ami et confident de toujours : le Djinn, la distance qui ne cesse de croître entre elle et sa propre chair l’affecte de plus en plus.

En effet, le jeune Prince ne souhaite plus qu’une chose : faire ses preuves afin de rejoindre son père sur le champs de bataille en tant que chevalier.

C’est dans ce but qu’il brave les sages conseils du Djinn et part seul affronter une Sorcière afin de prouver à tout le monde qu’il n’est plus un enfant.

Cependant vaincre une Sorcière s’avère bien plus difficile que ce qu’il espérait. Bien que victorieuse, cette dernière, amusée, épargne la vie du jeune homme.

Et petit à petit, une relation faite de rivalité, mais également de sincère complicité lie les deux protagonistes, poussant le Prince à remettre en question beaucoup de ses convictions tandis que la solitaire Sorcière se rouvre petit à petit à un monde qu’elle méprise.

Une pièce de théâtre amateur à l’Agopop : rendez-vous samedi 29 et dimanche 30 août !

Récemment constituée, la compagnie Le chant du Margay a travaillé toute l’année pour vous présenter ce projet amateur. Constituée de passionnés aux parcours variés, chacun a mis à contribution ses compétences, sous la supervision de la metteure en scène Pauline Tonnot, pour accoucher de cette comédie musicale.

Entrée au chapeau.

A partir de 10 ans.

Réservation demandée auprès de l’accueil de l’Agopop (accueil@agopop.fr ou 04 76 95 11 38)

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés